Urbanisme
En ligne, en volume, ouvert : quel sera l’urbanisme du futur ?
Article de Delphine Gerbeau, publié dans la Gazette des communes de 02/09/2019
←   Actualité
Les éditeurs de logiciels, tout en suivant pas à pas la mise en place des plateformes de l’Etat, anticipent les développements futurs de leurs propres outils, souvent à partir de l’intelligence artificielle et de la maquette numérique.

Chez les architectes et dans les métiers de la construction, la maquette numérique ou BIM (Building information modeling) commence à s’installer. Au sein des collectivités, on regarde encore cela d’un œil lointain. Pourtant, leurs prestataires ont déjà intégré le BIM dans leurs réflexions sur l’innovation.

« Des prestataires ont aujourd’hui des plateformes qui croisent le BIM, les données du géoportail, avec l’intelligence artificielle : cela permet de déterminer la compatibilité d’un projet avec le plan local d’urbanisme en un clic », résume Clémence Caron, animatrice du pôle « urbanisme et aménagement » au CNFPT.

On peut imaginer aussi que la maquette numérique, la modélisation en 3D vont de plus en plus être utilisées dans la phase de concertation sur les projets urbains, permettant de situer avec le plus grand réalisme les futures réalisations dans leur environnement.

Intelligence artificielle

Chez Operis, éditeur de logiciels, l’intelligence artificielle est utilisée pour imaginer l’instructeur de demain « en expert qui fonctionne avec un tableau de bord, comme un pilote d’avion. Divers contrôles seront automatisés ; il y aura des curseurs avec des échelles de couleur pour exprimer le niveau d’alerte. L’instructeur n’aura plus qu’à se pencher sur ce qu’il y a de plus délicat, et sur le dialogue avec l’architecte, le constructeur, explique Evelyne Tramoy, directrice marketing, études et communication de l’éditeur de logiciels. On ira vers un travail assisté, mais pas automatisé ».

Pour sa part, Buildrz, start-up spécialisée sur le domaine de l’immobilier, modélise en 3D toutes les règles de formes urbaines et de programmation des plans locaux d’urbanisme (PLU) pour faciliter la conception de projets de construction dans le web. « Nous nous adressons à tous ceux qui font du renouvellement urbain, bailleurs, promoteurs et, bien sûr, collectivités, résume Suzanne Fritelli, directrice générale.

Surveiller l’avancement des chantiers ?

Buildrz leur permet de réaliser automatiquement des études de gisements fonciers, et d’anticiper l’impact des règles du PLU sur le bilan financier des opérations qu’elles vont permettre. Aujourd’hui, les collectivités utilisent notre outil pour évaluer leur PLU actuel, et pour négocier avec les opérateurs les futures opérations. » Les maquettes 3D des opérations peuvent être intégrées dans l’application, ce qui permet notamment de voir les ombres portées et d’évaluer les risques de recours contentieux.

Operis, quant à lui, réfléchit à faciliter le contrôle du travail sur les chantiers grâce à une connexion avec l’application Openstreetview qui donne des vues en temps réel de chaque adresse sur le territoire. « On pourrait imaginer un drone qui fait le tour de la ville une fois par mois pour surveiller l’avancement des chantiers », expose Evelyne Tramoy. Les données ouvertes dans le géoportail donnent toute latitude aux éditeurs de logiciels pour imaginer de nouveaux services. A eux de s’en saisir, en respectant les standards fixés par les services de l’Etat.